Lettre du syndicat SUD Collectivités Territoriales, de l’Union Solidaires et de la Ligue des Droits de l’Homme au maire de Ouistreham sur l’obligation faite aux employés municipaux de jeter les affaires des migrants

Nous reproduisons le courrier envoyé à Romain Bail, maire de Ouistreham, par le syndicat SUD Collectivités Territoriales, l’Union Syndicale Solidaires (dont SUD CT fait partie) et par la Ligue des Droits de l’Homme, à propos des tâches de confiscation et de mises à la benne des affaires personnelles des migrants qui sont imposées aux employés municipaux.

Vous pouvez la télécharger au format PDF en cliquant sur le lien suivant : lettre SUD-LDH Ouistreham

 

À l’intention de Monsieur Romain Bail

Maire de Ouitreham/Riva Bella

À Mondeville, le 1er Décembre 2017

Monsieur le Maire

Nous avons été alertés à plusieurs reprises que des démantèlements de camps de migrant-es étaient organisés sur votre commune et réalisés par vos services.

Les agents vivent très mal le fait de devoir saisir et jeter les effets personnels et la nourriture des migrant-es déjà en grande fragilité. Vos services leur demanderaient, sous la menace de sanctions disciplinaires, de jeter nourriture, duvets, tentes, vêtements, sacs pouvant contenir des papiers nécessaires à leur demande d’asile, souvenirs de leur pays, ou téléphones (seul lien avec leurs proches) ; ainsi que tout autre bien restant pourtant leur propriété privée.

Les agents sont confrontés à la détresse de personnes complètement démuni-es. L’hiver arrive et les températures baissent. Leur retirer vêtements, duvets, nourriture…etc, pourrait relever de la mise en danger de la vie d’autrui.

Que les agents soient chargés du nettoyage ou de la collecte des déchets sur ces sites font parti de leurs missions, mais ne leur demandez pas d’atteindre à la dignité d’êtres humains.

Outre le fait que des fonctionnaires territoriaux n’ont pas vocation à effectuer ces actes, découlant de la politique contestable du gouvernement, il est inadmissible que dans la patrie des droits de l’homme de tels ordres soient donnés à ces fonctionnaires sous la menace. Nous veillerons à ce qu’aucune pression ou sanction ne soit infligé aux agents pour qui la conscience les empêchent de réaliser de tels actes.

Nous espérons que ces ordres ne sont pas de votre responsabilité, ce qui serait proprement scandaleux, et vous demandons solennellement que cela cesse immédiatement et que ce type de procédures soient encadrées par des organisations, collectifs, ou associations humanitaires, ou venant en aide aux migrants et aux réfugiés.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, à nos sincères considérations.

Co-déléguée de Solidaires 14

Bérangère LAREYNIE

Co-secrétaire de SUD Collectivités Territoriales Basse Normandie

Fabrice TANGUY

Président de la LDH Sections de Caen et de Hérouville St Clair

Etienne ADAM

Les commentaires sont fermés.