Violente attaque policière contre un squat lyonnais

Dans la nuit du 6 au 7 janvier, le squat lyonnais « La Cabine » a été violemment attaqué par d’importantes forces de police alors que s’y tenait une soirée en solidarité avec « L’Amphi Z », un autre squat ouvert récemment à Villeurbanne pour héberger les personnes à la rue dont de nombreux-euses migrant-e-s. 300 personnes étaient sur place et ont été assiégées, sans raisons apparentes, pendant près de 2 heures par des dizaines de policiers en tenue anti-émeute qui ont tenté de défoncer la porte d’entrée à coup de boucliers et de béliers, cassé des vitres et copieusement gazé à l’intérieur des locaux. Au bout de 2 heures, les policiers, ayant échoué à pénétrer dans les lieux, sont repartis sans explications.

Le récit brut d’un camarade qui était à l’intérieur :

« Samedi dans la nuit, on était environ 300 personnes dans une soirée de soutien à « l’amphi Z » (squat politique et d’hébergement ouvert récemment à Villeurbanne) et aux sans papiers, dans un autre squat dénommé « la cabine », dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Vers 2h et quelques, des keufs (CRS et BAC, casqués, boucliers, armés) déboulent en force, très agressifs. Tout le monde rentre et on ferme la porte principale. Dès le début, les keufs tentent de défoncer la porte principale au bouclier (cf, matez les photos sur rebellyon). Je précise que le squat est expulsable a partir du 15 février.

Les keufs commencent alors à balancer du gaz lacrymo sous les portes, qui se propage alors dans tout le rez de chaussée, où tout le monde était. Mouvement de panique. Tout le monde se rue aux étages, se bouscule, une meuf commence une crise d’épilepsie. Certains fuient par les toits.

Une bonne cinquantaine de personnes -peut être plus- restent en bas, à tenir la porte principale le plus fort qu’on pouvait pour empêcher les keufs de rentrer à coup de boucliers. On leur hurle des trucs (« vous êtes malades » « c’est n »importe quoi » » vous rentrez et vous faîtes quoi ???? Vous nous défoncer tous un par un ?? » « biiiiiiiiip » « biiiiiiiip », etc).

On résiste comme ça pendant 2H (au moins) !!! Et ils se cassent, après avoir pété plusieurs vitres au passage en y déversant des lacrymos, heureusement que les volets étaient solides.

La vraie question est alors : « putain mais s’ils étaient rentrés ??? ». Et bah, c’était la guerre, et on se faisait marave la gueule un truc de bien. Et si quelqu’un avait eu besoin d’une ambulance ? Qu’il ou elle crève.

On a été plusieurs à penser à Gênes à ce moment là, c’est vous dire le flippe qu’on a tous et toutes eu.  Et tout l’amour pour les flics qui perdure dans nos petits cœurs. »

img-20180107-wa0001-333b7

La porte du squat près l’intervention policière…

Communiqué des habitant-e-s :

On a fini sans bleus ! Retour sur la violente intervention policière contre le squat « La Cabine »

Une attaque policière nocturne, illégale et violente du squat « La Cabine » a eu lieu le 7 janvier. 200 personnes dont des enfants ont subi l’attaque des forces de police. Un article envoyé par des personnes présentes a été lu plus de 20 000 fois sur Rebellyon. Naturellement, le contre-feu de la préf’ est vite arrivé sur Le Progrès et sur LyonMag. Voici notre version des faits. Mais, une question demeure : que ce serait-il passé si les flics avaient réussi à exploser notre porte et nos gueules ?

Le soir du Samedi 6 janvier, nous nous sommes fait attaquer par la police. Des demandes contradictoires et l’absence de justification légale sont inadmissibles, on pense à une tentative d’intimidation, on ne se laissera pas faire.

Notre habitation, ouverte depuis fin septembre, accueille régulièrement des soirées de soutien à divers collectifs. Ce lieu de vie est un squat expulsable à partir du 15 février par décision du tribunal administratif. Ici vivent des familles avec enfants (6 ans, 3 ans et un bébé de 3 semaines – une femme enceinte) ainsi qu’un collectif varié uni par les mêmes convictions humaines.

Samedi, c’était une soirée de soutien au collectif musical SILO, à des amis en bouclage d’un documentaire et au squat hébergeant environ 150 migrants, l’Amphi Z. Nous faisions la fête comme on peut la faire partout. A 5 minutes de là, “le petit salon”, une boîte de nuit branchée de Lyon, fait péter les watts. On entend bien les basses autour. Les jeunes qui sortent de là, saoul, marchent dans les rues en criant à tue-tête. Ils font la fête eux aussi, mais une autre fête : évènement clubbing étudiant, afterwork…la fête y est consommée du mercredi au samedi. Même genre de nuisance, plus continuelle, mais aucune affirmation politique.

Ce samedi, devant chez nous, à 2h30 du matin, la première caisse de condés pointe le bout de sa matraque expliquant aux copains avoir reçu des appels et demandant de vider l’impasse pour la tranquillité du voisinage. C’est vrai qu’on est beaucoup et que pour des raisons de place on a déjà stoppé les entrées. Du coup, on demande aux gens d’entrer ou de bouger, ça se fait tranquillement. D’autres équipages arrivent, les ordres changent, ils veulent que tout le monde sorte sous dix minutes. Ils sont rapidement une soixantaine, avec matraques, casques et boucliers. Le climat est tendu, ils se comportent de manière menaçante, la circulation sur l’avenue est bloquée, on sent l’entourloupe.

JPEG - 542.1 ko

Une fois déployés, les flics commencent à entrer dans l’impasse. On se précipite à l’intérieur, la porte se ferme de justesse. Et BOOM, sans sommation, on entend le premier coup de bélier d’une longue série. Spontanément, une masse anonyme scande “cassez-vous” et tient la porte. Les coups sont violents, les flics sont acharnés, assez vite, le bas de l’encadrement de la porte se décolle du bâtit. Profitant de l’interstice, ils sortent le gaz au poivre et ne se privent pas d’en balancer à l’intérieur. Les premières lignes suffoquent tandis que le relais s’organise.

Autour du bar, ça commence à piquer, des gens ouvrent la fenêtre pour sortir, les flics profitent de notre inattention pour remettre une couche de gaz par la fenêtre, on ferme le volet. La porte donnant sur cette partie est attaquée brièvement. Dans la salle où se déroule la fête, les gens comprennent la gravité de la situation. Illes savent que si la police entre dans les lieux, on risque un carnage. Derrière la porte, les policiers nous parlent : “on va vous défoncer”, ce qui laisse peu de doute quant au possible déroulé des événements. Les familles qui dorment au dessus de la porte sont réveillées tant par les coups de béliers que les effets du gaz se faisant ressentir à l’étage. Les flics sont pourtant au courant de leur présence. On s’assure que le bébé va bien et on rassure les enfants.
JPEG - 21.8 ko

On est beaucoup, il fait chaud, l’air est de moins en moins respirable. Les gens montent et se réfugient dans les chambres, les fenêtre s’ouvrent et on s’y masse, on a du mal à circuler. Trois personnes vont vraiment mal, on se débrouille pour les aider et le sérum phi coule a flot. Des personnes veulent fuir par les toits ou s’y réfugier, d’autres sortent par les fenêtres du RDC. Certaines personnes sorties restent devant le bâtiment, un attroupement se forme et une certaine agitation dans le quartier se fait sentir.

JPEG - 447.2 ko

Au bout d’une heure et après que pas mal de personnes se soient enfuies, on se sent mieux à l’intérieur, et malgré les coups de bélier répétés, on tient bon. Du coup, on balance le son par les fenêtres. La fête et la danse reprennent au milieu de l’avenue et dans le squat. Finalement, les coups de béliers s’arrêtent mais les palets de lacrymo commencent à être lancés sur les soutiens, certains leurs sont rendus. Des charges, heureusement sans blessé.e ni interpellation, se succèdent. Les soutiens sont repoussés petit à petit, certains vers le nord et d’autres à l’Est. Certain.e.s flics continuent la dispersion, les autres effectifs restés devant le squat abandonnent l’assaut, impuissants, et encaissent leur défaite sous les cris et quelques insultes. La fête a continué avec une saveur particulière, celle de la résistance victorieuse, dont les échos se sont fait entendre tard dans la nuit.

Les flics auront tapé sur la porte pendant ce qui nous a paru une très grosse heure. Leur détermination à entrer ne fait pas de doute. Illes ont utilisé abondamment du gaz au poivre à l’intérieur d’un bâtiment bondé et sans issue, créant une atmosphère anxiogène et des mouvements paniqués.

Lyon est un laboratoire des pratiques sécuritaires habitué aux dispositifs policiers démesurés. C’est le chef lieu du ministre de l’intérieur Gerard Collomb. Ce dernier mène depuis son arrivée une chasse aux migrants saluée par l’extreme droite, a inscrit l’état d’urgence dans le droit commun et a pour projet de détruire le droit d’asile en France. Un mouvement d’occupation en soutien aux migrant.e.s a commencé fin novembre à Lyon et a réuni squatteur.se.s, étudiant.e.s et associations en lutte. Face a l’absence complète d’aide de la part des pouvoirs publiques, le mouvement a décidé de réquisitionner un lieu vide de la métropole.

La soirée du samedi 6 janvier et d’autres événements soutenaient ces luttes. Les agissements irresponsables de la police ont sciemment mis en danger l’intégrité physique et psychologique des personnes présentes. Les seuls échanges ont été des menaces et des insultes. Nous avons l’impression que leur but était de semer la peur chez les personnes solidaires venues s’amuser, et que cette opération a réussi au moins par la surprise de l’agression. Le pire a été évité parce que nous avons tenu, que nous n’avons pas laissé jouer en notre défaveur le rapport de force initié par l’état. On n’en sort pas sans dommages, ça fait bizarre à tout le monde de moins se sentir en sécurité dans nos lieux de vie et on pense aux petites séquelles que laisse ce genre de moment. On gardera quand même le souvenir d’une petite victoire d’un soir, où on a empêché la violence des flics de s’inviter sous notre garde.

On remercie les potes et leur solidarité qui ont permis qu’on tienne. C’était moche, mais on l’a rendu beau. À bientôt. On a fini sans bleus !

L’ACAB In, la bac Out

 

Les commentaires sont fermés