Expulsion policière de la ZAD en cours : rassemblement de protestation à 18H, Place Bouchard à Caen.

 

2500 gendarmes mobiles, appuyés par des hélicoptères et des véhicules blindés, procèdent depuis ce matin à des expulsions et des destructions de lieux de vie sur la ZAD de Notre Dame Des Landes.
L’Initiative pour la Convergence des Luttes de Caen appelle solidairement, comme d’autres collectifs et organisations, à se réunir ce lundi 9 avril, à 18H, Place Bouchard, à Caen.
Des rassemblements et manifestations se tiendront au même moment dans de nombreuses autres villes de France.
Faites tourner largement l’information.

A bas la répression ! Solidarité avec la ZAD !

Pour rappel : le site dela ZAD avec suivi actualisé des évènements : https://zad.nadir.org/

Quelques infos et photos reprises de la page Facebook de « Nantes Révoltée »  (https://fr-fr.facebook.com/Nantes.Revoltee/) :

ZAD : remarques sur l’attaque en cours

– L’attaque de Notre-Dame-des-Landes, en cours depuis ce matin, est autant une opération de communication qu’une opération militaire. Le gouvernement Macron, en envoyant 2500 gendarmes contre quelques centaines d’occupants, veut faire de cette répression hors norme un exemple national. Les journalistes sont interdits sur zone, les médias utilisent les images fournies directement par la gendarmerie, et reprennent le récit des forces de l’ordre. Du reste, les nuages de lacrymogènes envoyés dans le bocage sont autant d’écrans de fumée qui doivent envelopper les grèves des cheminots et les mouvements étudiants. Les détonations de grenades doivent recouvrir le bruit des révoltes qui grondent. Et si, plutôt que de faire diversion, cette nouvelle offensive gouvernementale permettait au contraire aux colères de converger ?

– Plusieurs lieux de vie sont tombés ces dernières heures : cabanes, maisons, fermes, détruites aussitôt expulsés. La ferme des « 100 noms », qui vient d’être pris par la gendarmerie, était pourtant engagée dans un vaste projet d’exploitation paysanne. En plus de mener des expulsions illégales, la préfète, qui s’était engagée à ne pas attaquer de projets agricoles, viole volontairement les accords passés avec les opposants. Il ne faut jamais faire confiance au pouvoir.- Les médias ont menti. Pendant des semaines, en décembre et janvier dernier, l’ensemble des journalistes ont repris un discours anxiogène sur l’existence d’une « ultra-gauche » armée sur la ZAD, prête à « tuer », ayant disposé des « pièges » et équipée d’armes de destruction massive et de boules pétanques « hérissées de lames de rasoirs ». Ce matin, des blindés enfonçaient de frêles barricades à une vitesse déconcertante. Ce midi, c’était une foule hétérogène, avec beaucoup de personnes aux cheveux blancs, formant une chaine humaine, qui était repoussée violemment par des hommes armés et entrainés. La violence est du côté du gouvernement.

30440885_1654273414608825_1727630288210624512_n

Repris du site « ZAD Nadir » (https://zad.nadir.org/).

Communiqué – les expulsions ont commencé, la zad appelle à se mobiliser

Conjurée des années durant par le mouvement, une nouvelle tentatives d’expulsions sur la zad de Notre dame des landes a commencé. Dès 3h du matin, l’opération s’est déployée dans toute sa brutalité : interminables files de fourgons bleu marine, chars blindés, lacrymos, premiers blessés et premières arrestations. Les gendarmes ont annoncé que les journalistes étaient strictement interdits « sur tout le dispositif » et leur ont bloqué l’accès au site. Ils ont affirmé que la prise d’images de presse était prohibée et que les médias devraient se contenter de celle fournies par la gendarmerie.

Ces expulsions confirment la prétention du gouvernement à rétablir le droit tout en s’asseyant grossièrement dessus. La préfecture n’a même pas daigné laisser la possibilité aux habitants de la zad d’avoir accès aux bases minimales du droit au logement, en l’occurence des procédures nominatives et contradictoires en cas de volonté d’expulsion. Les habitants de la plupart des lieux de la zad s’étaient pourtant nommés et identifiés à plusieurs reprises au cours des dernières années.

30581397_1654274187942081_115105819317501952_n

Le double jeu lamentable de la préfecture s’affiche aujourd’hui dans toute son hypocrisie : l’annonce de la recherche d’une évolution « sereine et apaisée de la situation » tout en envoyant 2500 policiers ici raser des habitats. On nous annonce un tri qui va s’opérer selon des catégories qui sont de pures fictions qui ne répondent un rien d’autre qu’aux besoins du story telling répressif dans lequel le gouvernement s’est enfermé. Il n’y pas ici de radicaux d’un côté et de paysans de l’autre mais un ensemble de façons entremêlées de partager ce territoire. Contrairement à ce qu’affirme Gérard Collomb, personne ne s’est d’ailleurs régularisé individuellement ces dernières semaines au dépend des autres. L’ensemble du mouvement a proposé un cadre de convention collective pour l’ensemble des habitants et projets.

Mais le gouvernement ne pouvait pas simplement admettre que le projet d’aéroport était inutile, il fallait absolument qu’il se venge de ceux qui l’avaient forcé à cet abandon. La terre se meurt, les formes économiques les plus brutales atrophient nos vies, et partout des personnes aspirent à sortir cet état de fait. Elles étaient 30 000 le 10 février à s’engager à soutenir l’avenir de la zad. Mais Le message politique du gouvernement est ce matin très clair : il ne devra être laissé aucune possibilité à des espaces d’expérimentation.

Notre colère est ce matin profonde face au lamentable gâchis que représente la destruction engagée des maisons et espaces de vie que nous avons construits ici. Notre émotion est grande à l’idée que l’expérience collective de la zad soit mise en danger par le déferlement policier. La zad ne disparaîtra pas pour autant. Nous habitons ici, nous sommes enraciné.e. s à ce bocage, nous ne partirons pas. Nous saluons le courage des personnes qui nous ont déjà rejoint.e.s sur le terrain et ont répondu aux appels. En 2012, l’arrogance écrasante de l’Etat a fini par se retourner contre lui. Dans un contexte de montée des grèves, manifestations, occupations dans tout le pays, gageons que l’expulsion de Notre Dame des Landes deviendra un nouveau moteur de la révolte qui se diffuse ici et maintenant. Cette opération de destruction se retournera de nouveau contre ses auteurs.

Nous appelons toutes celles et ceux qui peuvent nous rejoindre dès maintenant ou dans les prochains jours à venir sur la zad. Plus de 80 rassemblements sont d’ores et déjà prévus partout en france ce soir, à Nantes et Rennes à 18h entre autres. La réponse face à ces expulsions se trouvera aussi dans la durée. Une manifestation est appelée à Nantes ce samedi et une convergence sur la zad ce week-end.

30530466_1654273087942191_268093331790102528_n

30581704_1654272994608867_1137588561554440192_n

 

Les commentaires sont fermés.